La Ville de Paris et l’Association du 24 août 1944 organisent pendant toute l’année 2019 des événements culturels et des conférences pour rendre hommage aux républicains espagnols qui ont fui le régime franquiste lors de la Retirada (retraite) de janvier à février 1939. Anne Hidalgo leur rendra hommage samedi devant le Monument de la Fédération espagnole des déportés et internés politiques.

En Espagne, dès 1936, l’avancée des troupes franquistes oblige de nombreux républicains à quitter provisoirement leur pays pour fuir les combats. Un exode intérieur jette également sur les routes des milliers d’Espagnols, qui trouvent progressivement refuge en Catalogne.

Quand le 26 janvier 1939, Barcelone tombe aux mains du général Franco, la population catalane – et avec elle des milliers de républicains provenant de toute l’Espagne – se dirige vers la frontière française pour échapper à la répression et aux bombardements.

Ces civils sont bientôt rejoints par une partie de l’armée républicaine en déroute. Cette retraite – la Retirada – entraîne dans l’exode des centaines de milliers de réfugiés. Le passage de la frontière se fait dans des conditions particulièrement pénibles : les populations sont affaiblies par trois ans de combats et de privations, les cols sont enneigés, l’aviation franquiste bombarde les réfugiés sur les routes catalanes.

Civils et militaires sont le plus souvent partis précipitamment, avec peu d’affaires, et ils arrivent en France dans le dénuement le plus complet.

Le 5 février, la frontière est enfin ouverte aux soldats républicains. Du 28 janvier au 13 février, ce sont 475 000 personnes qui passent la frontière française, en différents points du territoire : Cerbère, Le Perthus, Prats de Mollo, Bourg-Madame.