En ville, alors que la pollution est principalement liée au trafic routier, les émissions réelles des véhicules sont très différentes de celles annoncées par les constructeurs. Ce mardi, Christophe Najdovski, Aurélie Solans et ICCT – l’ONG américaine qui a dévoilé le scandale du « dieselgate », présenteront les résultats d’une étude sur la constitution et l’impact précis des gaz d’échappement.

Alors que la pollution est principalement liée au trafic routier, les émissions réelles des véhicules sont très différentes de celles annoncées par les constructeurs. L’homologation de ces véhicules est réalisée en laboratoire, sur véhicule neuf, dans des conditions qui ne reflètent pas leur usage en ville.

En mars 2017, les maires de certaines grandes métropoles mondiales, ont annoncé le lancement d’un système de notation des véhicules, fondé sur les émissions réelles, et qui permet aux citoyens de connaitre le véritable impact des véhicules circulant en ville.

Le projet « TRUE », soutenu par la FIA Foundation et mis en œuvre par ICCT – International Council on Clean Transportation, une ONG américaine indépendante spécialisée sur les questions de transports qui a notamment révélé le scandale du « dieselgate » à Paris, 180 000 mesures en situation réelle ont été réalisées afin de mesurer la composition des gaz qui sortent véritablement des pots d’échappement.

Mardi 10 septembre, ICCT, Christophe Najdovski et Aurélie Solans présenteront les résultats de cette étude.