À l’occasion d’un Sommet du C40, qui se tient à Paris du 22 au 24 octobre, douze Maires annoncent leur décision d’engager leurs villes-monde vers un objectif « zéro émission » à horizon 2030, en abandonnant progressivement d’ici là « l’utilisation des véhicules à combustion fossile ».

Anne Hidalgo, Maire de Paris et Présidente du C40, et onze autres Maires de villes-monde, se sont engagés lundi à ce qu’une part importante de leurs territoires devienne une « zone à zéro émission d’ici 2030 ».

Pour atteindre cet objectif, ils prévoient de « réduire le nombre de véhicules » en circulation dans les rues « en commençant par les plus polluants ». Ils montreront la voie « en acquérant uniquement des véhicules à zéro émission pour les flottes municipales » et en développant les alternatives pour les citoyens et les entreprises, notamment « le transport public et partagé », « le cyclisme » et « la marche ».

Ils prévoient par ailleurs de « collaborer avec les fournisseurs, les opérateurs de parc automobile et les entreprises pour accélérer le passage aux véhicules à zéro émission et réduire le kilométrage parcouru par les véhicules dans nos villes ». Ils rendront compte, « publiquement tous les deux ans », des progrès réalisés en la matière.

Les villes premières signataires de cet engagement sont Auckland, Barcelone, le Cap, Copenhague, Londres, Los Angeles, Mexico, Milan, Paris, Quito, Seattle et Vancouver. Elles représentent près de 30 millions d’habitants. D’autres villes envisagent d’ores et déjà de rejoindre cette démarche.

Elles sont soutenues par Tokyo, une métropole modèle qui s’est engagée dès 1990 dans ce domaine. Aujourd’hui, seul 1% des véhicules qui circulent sur son territoire sont à motorisation diesel.

Texte intégral de la déclaration des Maires

« Nous, Maires de certaines des plus grandes villes du monde, nous engageons à les transformer en des lieux de vie plus verts, plus sains et plus prospères. Nos rues doivent être sûres et accessibles à tous, notre air doit être propre et exempt d'émissions nocives. Cela améliorera la qualité de vie de tous les citoyens et aidera à relever le défi du changement climatique au niveau mondial.

Nous envisageons un avenir où la marche, le cyclisme et le transport partagé sont les moyens de déplacement principaux des citoyens de nos villes. Le passage à une mobilité émission zéro aura comme conséquence une réduction de la congestion et de la pollution et rendra nos routes plus silencieuses et l'air que nous respirons plus propre.

Un tiers des émissions de gaz à effet de serre des villes C40 provient des transports. Le trafic routier est aussi la principale source de pollution de l’air, responsable d'un quart des particules dans l'air à l’échelle mondiale. La croissance continue des villes s’accompagne de l’accroissement de la congestion routière et du temps passé dans la circulation. Une étude portant sur les États-Unis, le Royaume-Uni, la France et l'Allemagne a montré que la congestion sur nos routes coûte à l'économie en moyenne près de 1% du PIB. Ceci freine nos économies en raison du temps et de la productivité perdus, nuit à notre santé et contribue à la dégradation de l'environnement et de la qualité de l'air. Des données récentes montrent que la pollution de l’air entraîne près de 4,5 millions de décès prématurés par an et constitue une des causes principales de maladies telles que l’asthme, en particulier chez les enfants.

Nous nous engageons à mettre en oeuvre dès à présent notre vision de villes plus vertes, plus saines et plus prospères, et nous reconnaissons l’urgence de l’adoption d'une action climatique urbaine ambitieuse pour atteindre les objectifs de l'Accord de Paris. Nous reconnaissons la nécessité d’une transformation systémique des systèmes de transports urbains à l’échelle mondiale, s’appuyant sur les engagements pris dans le cadre de la déclaration « Bus Propres » portée par le C40 et nous soutenons les propositions présentées dans la feuille de route Global MacroRoadmap: An Actionable Vision for Transport Decarbonization.

Nous soutenons la transition vers des rues sans énergie fossile et nous nous engageons : 1) à acquérir, avec nos partenaires, uniquement des bus à émission zéro à partir de 2025 et 2) à ce qu’une partie importante de nos villes soit zone à émission zéro d’ici à 2030.

Pour répondre à ces engagements, nous allons :

  • Mettre en oeuvre dans nos villes des politiques centrées sur les personnes.
  • Favoriser la marche et le cyclisme et rendre accessible le transport public et partagé à tous les citoyens.
  • Réduire le nombre de véhicules les plus polluants dans nos rues et abandonner progressivement l’utilisation des véhicules à combustion fossile.
  • Montrer la voie en acquérant uniquement des véhicules à émission zéro pour nos flottes municipales le plus rapidement possible.
  • Collaborer avec les fournisseurs, les opérateurs de parc automobile et les entreprises pour accélérer le passage aux véhicules à émission zéro et réduire le kilométrage parcouru par les véhicules dans nos villes.
  • Rendre compte publiquement tous les deux ans des progrès réalisés par les villes à l'égard de ces objectifs. »