En février 2018, le Conseil de Paris a approuvé une proposition d’Anne Hidalgo, Maire de Paris, d’honorer la mémoire d’Henri Malberg, ancien conseiller municipal et Président du groupe des élus communistes parisiens, décédé en juillet 2017, en attribuant son nom à une place du 20e arrondissement.

Né en 1930 à Paris de parents juifs polonais, Henri Malberg, est interné avec sa famille au camp de Douadic (Indre) durant la Seconde Guerre Mondiale, dont il sera libéré en 1944. Il adhère alors aux jeunesses communistes, puis, en 1952, après son service militaire, au Parti Communiste français, au sein duquel il devient très actif en parallèle de son emploi d’ouvrier-métallurgiste.

Durant les années 50, il est de toutes les grandes luttes politiques et sociales menées par le Parti Communiste : l’opposition à la guerre froide, au colonialisme et au régime gaulliste que la France veut imposer en Indochine et en Algérie. A l’automne 1952, il est de l’une des toutes premières délégations françaises reçues en Chine populaire par Mao Tsé-Toung.

En 1965, il est élu au Conseil de Paris en tant que conseiller municipal du 20ème arrondissement, puis Président du groupe des élus communistes parisiens de 1989 à 2001. Il est reconnu et apprécié pour son engagement en faveur de la défense des classes populaires, et pour sa volonté de préserver la diversité de son arrondissement. A l’échelle parisienne, il lutte contre les spéculations immobilières et financières, et refuse l’idée d’un Paris vidé de ses habitants au profit de services financiers, commerciaux et touristiques.

Vendredi 23 mars, la Ville de Paris lui rendra hommage en renommant la Place des Grandes Rigoles à son nom, au cœur de son arrondissement de toujours.