Anne Hidalgo, son adjointe Dominique Versini et l’ensemble des acteurs de la Nuit de la Solidarité présenteront lundi le bilan détaillé du décompte anonyme et objectif des personnes sans-abri à Paris, réalisé dans la nuit du jeudi 7 février dernier.

Dans la nuit du jeudi 7 au vendredi 8 février, plus de 2.000 Parisiennes et Parisiens volontaires répartis en plus de 360 équipes ont sillonné les rues de Paris pour aller à la rencontre des personnes sans-abri et mener pour la deuxième année un décompte anonyme et objectif.

Dans un souci d’exhaustivité, la Ville de Paris s’est appuyée sur des cartographies de l’Atelier Parisien d’Urbanisme (APUR) et a sollicité le concours de plusieurs partenaires institutionnels qui gèrent des espaces privés accessibles au public : la RATP pour les stations de métro intramuros, la SNCF pour les 7 gares parisiennes, l’AP-HP pour les 13 hôpitaux parisiens, le bailleur social Paris Habitat (halls d’immeubles, caves et parties communes), ainsi que la Saemes et Indigo dans les parkings.

Les premiers résultats de cette opération inédite en France ont été présentés le 14 février dernier, démontrant la présence de 2.232 personnes sans-abri dans les rues de Paris, de 751 personnes sans-abri dans les lieux gérés par les partenaires institutionnels, et de 639 personnes sans-abri dans le bois, les parcs et jardins et les talus du périphérique. Ce décompte est intervenu alors que plus de 24 000 places d’hébergement étaient ouvertes à Paris.

Lundi, Anne Hidalgo, son adjointe Dominique Versini et l’ensemble des acteurs de la Nuit de la Solidarité présenteront le bilan détaillé de cette première Nuit de la Solidarité, en présence des Parisiennes et des Parisiens volontaires. Il s’agira cette fois des résultats exhaustifs de l’étude qualitative, qui se fondent sur les réponses aux questions posées aux personnes sans-abri lors de la Nuit de la Solidarité et qui ont été analysés depuis sous l’égide d’un comité scientifique.

Au-delà de l’indispensable état des lieux, ces résultats permettront de mieux comprendre les besoins des personnes sans-abri afin d’améliorer les dispositifs d’aides, et ceci en associant toutes les parties prenantes : la Ville, l’Etat, les partenaires associatifs et institutionnels, ainsi que les Parisiennes et les Parisiens eux-mêmes.